Le Parc national de Manú est facilement accessible depuis Cuzco. Il s’agit d’une zone protégée faisant partie des forêts humides du Sud-Ouest de l’Amazonie péruvienne, située sur le versant oriental de la Cordillère des Andes, dans le Sud-Est du Pérou. Patrimoine Naturel de l’Humanité, le Parc national de Manú exprime toute l’exubérance de l’Amazonie péruvienne.

Parc national de Manú dans l'Amazonie péruvienne

S’étendant sur 7 776 295 ha, le Parc national de Manú, dont la méga diversité biologique est unique, est l’aire naturelle protégée la plus vaste du Pérou et l’une des plus grandes au monde. Il embrasse la totalité du bassin du fleuve Manú, sur des territoires appartenant aux régions de Cuzco et de Madre de Dios(?). Il a été créé en 1973 dans le but de protéger la riche biodiversité de la zone contre l’exploitation irrationnelle.

Parc national de Manú et sa biodiversité

En 1977, l’UNESCO y a établi la Réserve de biosphère du Manú et l’a déclaré Patrimoine naturel de l’humanité en 1987. Le parc comprend un territoire riche en différentes espèces animales, de flore et de faune ainsi qu’une variété d’habitats andins, hauts andins, tropicales et subtropicales. 
Le parc de Manú s’étant à plus de 3 850 m d’altitude sur le plateau andin et, jusqu’à 300 m d’altitude à la plaine amazonienne. Ce paradis naturel abrite une grande diversité biologique en zones protégés, des forets nuageuse et diverses espèces endémiques.

Le Manu abrite plus de 800 espèces d’oiseaux, dont notamment l’aigle harpie, le jabiru et le coq de roche ; plus de 200 types de mammifères, dont le singe-araignée noir, la loutre de rivière, le caïman noir, le jaguar sud-américain (otorongo), l’ocelot, l’ours à lunettes, le tapir et le cerf andin (taruca).

Il existe plusieurs variétés d’insectes et de reptiles non-classifiés. Concernant les plantes, on retrouve 2 000 espèces et variétés uniques, dont les orchidées géantes et des arbres de plus de 45 mètres de hauteur et de 3 mètres de diamètre.

Des peuples autochtones détenteurs de traditions, d’une culture et d’une langue qui leur est propre, habitent également cette région : les Matsiguengas, les Amahuacas, les Yaminahuas, les Piros, les Amarakaeries, les Huachipaires et les Nahuas.

Prenant en compte que la plupart des forêts dans le monde sont détruites par l’action de l’homme, ici c’est une chance d’avoir un lieu pratiquement intact. Sans compter que cette réserve abrite 10% d’espèces végétales du monde, y compris les arbres de bois fin et des plantes médicinales qu’aujourd’hui sont cataloguées et mises au service de la science. Dans un hectare de forêt se trouvent jusqu’à 220 espèces d’arbres, alors que dans la même extension en Europe, on en trouve que 20.

Vous l’aurez compris, n’hésitez pas à vous aventurer dans cette région du Pérou.

Me consulter pour cette destination

Situation Covid 19