La Bolivie cumule beaucoup de superlatifs : pays le plus indigène des Amériques, le plus haut du monde... c'est aussi, malgré sa beauté, le plus méconnu. "La Bolivie est la synthèse de l’Univers", ainsi l’affirmait le voyageur naturaliste Alcide d'Orbigny. C'est dans cette diversité que réside le charme de ce pays.

Lamas en Bolivie

Le pays qui s’honore de porter le nom du « Libertador », Simon Bolivar, a vécu une bonne partie de son histoire dans l’ombre de son célèbre voisin: le Pérou. Ancienne province du Haut Pérou sous la domination espagnole, elle avait déjà été rattachée à l’empire Inca naissant dès le milieu du XVe siècle. Beaucoup moins visité que le Pérou, ce serait vous mentir de ne pas vous avouer que mon cœur penche bien pour la Bolivie… Je ne peux que vous recommander de venir découvrir ce fabuleux pays.

La Bolivie est le joyau de l’Amérique du Sud

Chaque communauté est différente, avec ses coutumes, une musique et un art propres. C’est aussi, cette infinie solitude dans laquelle l’homme semble ne pas avoir sa place, l’étonnante palette des couleurs minérales…

La découverte d’un temple pré inca vieux d’au moins mille ans par 20 mètres de fond, dans les eaux du lac Titicaca, vient comme un revanche méritée car l’archéologie, elle aussi, y avait été délaissée. Ancienne province du Haut Pérou sous la domination espagnole, elle avait déjà été rattachée à l’empire Inca naissant dès le milieu du XVe siècle. Les indiens Aymaras, qui en peuplant les hauts plateaux, l’Altiplano, avaient dès lors été soumis à l’autorité des Quechuas et contraints de parler leur langue. Mais il n’en a pas été toujours ainsi.

Au cours des trois millénaires précédant l’arrivée de Pizarro et de ses conquistadors, la région du lac Titicaca – aujourd’hui partagée entre le Pérou et la Bolivie – avait connu son heure de gloire avec la civilisation Tiahuanaco, une des plus brillantes de l’Amérique indienne. Lac sacré des Aymaras, le lac Titicaca, à 3 810 mètres d’altitude, est un des joyaux de la Bolivie.

Souvent comparée au désert du Tibet, la province de Sud Lípez ou province de « Sur Lípez », se situe sur l’Altiplano bolivien à une altitude de 4 000 m. De l’autre côté de la cordillère, le désert d’Atacama, moins haut, est encore plus aride. Déserts incomparables avec leurs salars immenses dont celui d’Uyuni le plus haut et le plus grand du monde (12 000 km², soit plus d’une fois et demi la Corse !) ; entourés de volcans éteints ou non, nuancés de lagunes multicolores à la faune aquatique exceptionnelle, leurs fumerolles, solfatares, geysers, évidentes présences du volcanisme.

Aussi, toutes les manifestations du volcanisme (énormes volcans, geysers, champs de laves), les lacs salés blancs, bleus, verts, jaunes, rouges, et la très haute altitude à laquelle se sont adaptés la flore, la faune et l’homme, de façon bien étrange. Une région vraiment exceptionnelle de notre planète. A cela je vous propose de visiter, si vous en avez le temps, les villes de Potosí et de Sucre.

Pendant quatre siècles, Potosí fut le nombril de l’Espagne coloniale comme Cuzco, l’espace d’un siècle fut celui de l’Empire inca. A son apogée, Potosi était un paradis de plaisirs et de luxes démesurés, entre 1545 et 1802, la production atteignit 40 000 tonnes d’argent. Aujourd’hui les mines se visitent. Potosí est une bourgade qui paraît reléguée très loin hors du temps. L’un des aspects les plus charmants de la ville tient à ses promenades sous les balcons en bois, le long des vieilles rues pavées, bordées de murs aux couleurs claires. En 1987 l’UNESCO décerna le titre de Patrimoine de l’Humanité à Potosí.

Sucre, joyau d’art baroque et de la Renaissance est la plus européenne des cités de Bolivie et sans doute l’une des plus belles d’Amérique Latine. Du point de vue architectural, Sucre est restée figée comme une carte postale du XIXe siècle, ce qui fait son charme. Sucre est considérée comme la plus belle ville de Bolivie.

Mais la Bolivie, ce sont aussi des vallées, des yungas, l’Amazonie, le Pantanal, toute la région de Santa Cruz qui comporte des parcs absolument somptueux et très préservés car peu visités. Un territoire fascinant qui réserve plein de surprises et de nombreux mystères. C’est un pays ou les infrastructures sont encore très primaires dans beaucoup d’endroits, et c’est tant mieux car le tourisme de masse ne s’y rend pas.

Ce pays est riche d’une réelle identité avec toujours une forte authenticité en toile de fond, l’une des rares nations d’Amérique du sud sans Mac Donald.

La Bolivie est le reflet de l’Amérique latine tel que l’on s’imagine vraiment. Elle vous tend les bras…

Aller en Bolivie

Régions Bolivie

Voir plus  

Articles

Voir plus   

Les veines ouvertes de l’Amérique latine

Si vous visitez la Bolivie, vous éprouverez peut être une sorte de « malaise » par moments. Ce malaise je l’ai surtout ressenti lors de mon tout premier voyage en Bolivie. J’ai donc voulu savoir et le livre d’Eduardo Galeano m’a apporté certaines réponses. Mais comme l’Histoire et les faits sont toujours différents, qu’ils soient rapportés par les vaincus ou par les …

Continuer à lire  

Mines d’argent de Potosí

Potosí, une ville tristement célèbre en Bolivie dont la visite n’est pas des plus joyeuse je dirai… En effet découvrir Potosí, ses mines d’argent et son passé, c’est aller à la rencontre d’un choc et de la consternation. Au 17e siècle, Potosí était l’une des grandes villes d’Amérique et d’Europe. Aujourd’hui, c’est une ville déchue, qui ne cesse de s’enfoncer …

Continuer à lire