Borisandina

Abonnez vous
à la Newsletter

...Aussi Argentine / Chili

Borispatagonia
Informations générales :
Activités et thèmes
Régions du Pérou:
Régions de la Bolivie:

excursion excursion excursion

Le mystère des lignes de Nazca (Pérou)

Une araignée, un singe, une baleine, un condor, un colibri, un « astronaute » et bien d’autres géoglyphes ornent la pampa de Nazca au sud du Pérou depuis plus de 2000 ans pour certains. Comment ont-ils été dessinés ? Dans quel objectif ? Le mystère reste entier depuis leur découverte dans les années 1920 malgré les travaux successifs des archéologues. On a d’abord pensé à un calendrier astronomique, puis à des fresques divines et même à des signaux extra-terrestres.

Les lignes de Nazca furent découvertes dans un désert péruvien en 1926 et font partie du Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1994. Ce sont de grandes lignes tracées sur le sol. Elles sont aussi appelées géoglyphes (GEO: terre et GLYPHE: représentation graphique) et se trouvent au cœur du plateau de Nazca qui est une des régions les plus sèches du monde. Ces géoglyphes ont été élaborés par la civilisation Nazca, une civilisation pré-Inca parmi les plus anciennes du monde, ayant vécu dans le sud du Pérou entre 300av. JC et le IXième siècle de notre ère.
Les lignes de Nazca sont la preuve que cette civilisation était extrêmement développée, car encore aujourd’hui elles restent un des plus grands mystères de la planète…

Les lignes de Nazca n’ont été tracées ni à une seule époque, ni en un même lieu, ni dans un but unique. Beaucoup ont été réalisées par-dessus d’autres, plus anciennes.
Contrairement au mythe qui veut que ces lignes ne seraient visibles que depuis un avion, les géoglyphes les plus anciens (-400 av. JC) se voyaient en réalité depuis le sol.
Presque toutes les figures animales emblématiques, comme l’araignée et le colibri, se composent d’une seule ligne. Une personne peut donc parcourir la totalité du tracé sans jamais recouper la ligne. Elles franchissent les ravins, escaladent les collines sans modifier ni leurs formes ni la rectitude des lignes et peuvent faire plusieurs kilomètres !!! Le plus impressionnant est qu’elles sont parfaitement bien proportionnées alors que l’on sait que les dessinateurs n’ont jamais pu s’élever dans les airs et voir le résultat.
Ceci laisse supposer que les géoglyphes servaient de sentiers de procession cérémonielle. Plus tard, à la suite d’une explosion démographique, il est possible que le nombre de participants aux rituels ait augmenté ; les motifs des géoglyphes se sont ouverts et sont devenus géométriques. Certains trapèzes dépassent ainsi 600 m de long, allant jusqu’à environ 2km de long.
Les scientifiques estiment « qu’il ne s’agissait plus d’images destinées à être vues mais de scènes où l’on marchait et servant de cadre à des cérémonies religieuses ». Pour étayer cette thèse, des géophysiciens ont mesuré le champ magnétique terrestre sur un trapèze des environs de Yunama, un village proche de Palpa. Ils ont constaté de légères perturbations du signal magnétique indiquant que l’activité humaine avait tassé le sol, surtout autour des plates-formes.
Conclusion, les lignes de Nazca ne seraient que des tracés rituels pour organiser des cérémonies.

La théorie développée par Maria Reiche selon laquelle les dessins au sol correspondraient à des constellations, fait elle l’objet de sérieuses mise en doute.
De nombreuses autres théories ont été avancées pour tenter d’expliquer ces dessins gigantesques : calendrier, indications des sources d’eau souterraines, base d’atterrissage extra terrestre…

Aucune des théories ne fait l’unanimité et les lignes de Nasca conservent encore aujourd’hui tous leurs mystères.
Personne ne sait comment les Nazcas ont pu tracer des formes aussi parfaites et gigantesques…