Uyuni, c'est LA région à visiter car tout ce que vous verrez ici dépassera votre imaginaire. C'est de loin ma région préférée de toute la Bolivie. Paradis des photographes, une nature sans fin, un voyage grandiose au milieu de décors sortis tout droit d'une autre planète, mais qui se mérite...

Laguna Colorada dans le Sud Lípez, vers Uyuni

Uyuni et sa région au climat aride, où les sommets et autres déserts de sel côtoient l’infini ; il fait sans nul doute partie des plus beaux paysages au monde. C’est ici que l’on trouve les « Joyaux » de la Bolivie, le tout à près de 4 000 mètres d’altitude.

Uyuni est un paradis pour les photographes

Le « Ténéré Blanc » et ses 12 000 km², le plus grand désert salé du monde, le Salar d’Uyuni. C’est l’un des résidus, tout comme le lac Titicaca, de cette immense mer intérieure qui s’étendait entre les deux cordillères, et qui s’est évaporé. A la place maintenant un désert de sel et des milliards de cristaux de sel. Le traverser est une expérience unique, et vous pourrez faire des photos très sympa en jouant sur les illusions d’optique. C’est également la porte d’entrée du Sud Lípez, cette haute et vaste terre désertique est l’une des étendues sauvages les moins habitées de la planète, véritable palette de couleurs.

Dans ce foyer d’activité volcanique et géothermique, les terres regorgent de minéraux qui confèrent aux paysages et aux lacs toute une gamme de couleurs surnaturelles. Les habitants de cette région sont les Aymaras qui côtoient les flamants roses et les petites vigognes. Plus au Sud, vous pénétrez véritablement dans le désert du Sud Lípez, où les lagunes multicolores, toutes plus belles les unes que les autres, jalonnent ce parcours jusqu’à la frontière chilienne. C’est aux alentours de ces îlots de vie que l’on rencontre les véritables propriétaires de la région : les flamants, qui lancent des regards hautains, les pattes trempées dans l’eau glacée. Le vol de centaines de ces flamants roses est d’une grâce divine…

Il faudra compter avec un ciel pur, un soleil aveuglant aux rayons ultra-violets qui brulent la peau, une atmosphère raréfiée où le moindre mouvement demande plus d’efforts, des espaces où la vue porte à l’infini vers les pointes des cônes enneigés, où l’eau bout à 70°. Avec les services de bons guides/chauffeurs boliviens qui sont les seuls à détenir les itinéraires des cartes routières ; dessinées dans leur tête.

Enfin, Potosi, une ville classée au patrimoine culturel et naturel de l’humanité, était une des villes les plus prospères du monde grâce à ses importantes mines d’argent qui peuvent se visiter. Un voyage dans le temps qui vous bouleversera.

Me consulter pour un voyage