Borisandina

Abonnez vous
à la Newsletter

...Aussi Argentine / Chili

Borispatagonia
Informations générales :
Activités et thèmes
Régions du Pérou:
Régions de la Bolivie:

excursion excursion excursion

Le chaman, le guérisseur du village

Lors de votre séjour dans la jungle Amazonienne, vous aurez certainement l’occasion de rencontrer les guérisseurs des villages habités par des peuples autochtones: les shaman.

Devenir chaman n’est pas simple. On le devient souvent de père en fils car les connaissances nécessaires sont très importantes pour connaître toutes les vertus de chaque plante. (Je vous rappelle que dans un hectare de forêt Amazonienne se trouvent jusqu’à 220 espèces d’arbres différents)

Le chaman (ou shaman) se présente comme l’intercesseur entre l’homme et les esprits de la nature.
Ce terme provient du toungouse (langue de Sibérie) « Shaman » (personne qui possède la Connaissance).
Il est à la fois: sage, thérapeute, guérisseur et voyant. Il est l’initié et le dépositaire de la culture, des croyances et des pratiques du chamanisme, du peuple dont il est issu. On le trouve essentiellement dans les sociétés respectant les traditions.
Il est considéré comme un devin, visionnaire, prophète, curé, poète, chanteur, guérisseur…

Son rôle est majoritairement assumé par des hommes avec des fonctions très variées dans les sociétés traditionnelles, incluant la direction de la tribu, l’élaboration et la direction des rituels, la guérison par sa connaissance des plantes ou une action psychique directe, l’enseignement, le conseil; ces rôles sont souvent combinés.
Ils habitent souvent à l’écart des villages, dans un environnement calme et reposant.
Les aptitudes supposées des chamans sont, entre autres, une perception extra sensorielle; des pouvoirs psychiques variables suivant les traditions et l’individualité du chaman (télépathie, prescience, vision à de grandes distances, divination…).
Il peut relier le monde des morts, l’au-delà, à celui des vivants par une série de transformations personnelles, parfois par l’emploi de substances psychotropes, guidés par un chaman plus ancien, selon une relation Maître disciple.

Le chaman a acquis une certaine popularité pour un public des sociétés modernes en recherche d’expériences mystiques ou après la lecture de certains livres.
En effet, il a été reporté certains cas de maladies pronostiquées comme terminales, qui ont pu être stoppées grâce à des traitements à base de plante prescrits par des chamans.

Aussi, les offres d’initiations chamaniques à base de substance psychotrope comme l’ayahuasca, par exemple, ont fait la une des journaux, provoquant des débats et une polémique sur leur nocivité éventuelle et les possibles difficultés que pourraient rencontrer des occidentaux qui s’engageraient aveuglément dans de telles pratiques.

L’Ayahuasca, boisson millénaire des indiens provenant de l’Amérique du Sud, précisément de la région amazonienne, est utilisée comme un instrument spirituel d’extrême religiosité.
En raison de son amertume, l’écorce fraîche est parfois chiquée ou réduite en poudre. La prise de la plante se fait dans un cadre rituel, de préférence dirigé et contrôlé par un chaman.
Lorsque l’ayahuasca est consommé en groupe dans un rituel, les vomissements sont considérés comme faisant partie de l’expérience.
Les effets apparaissent rapidement après ingestion (à partir de 30 minutes) et se poursuivent pendant plusieurs heures. (Hallucinations colorées, une ivresse qui se termine par un sommeil profond peuplé de rêves, transformation des tailles).
Avis aux amateurs!