Borisandina

Abonnez vous
à la Newsletter

...Aussi Argentine / Chili

Borispatagonia
Informations générales :
Activités et thèmes
Régions du Pérou:
Régions de la Bolivie:

excursion excursion excursion

Qhapaq-ñan, la grande route inca

Le Qhapaq ñan est le nom officiel quechua donné par l’UNESCO au réseau de chemins précolombiens irriguant toutes les Andes (communément appelé dans le langage populaire: « chemin inca » ou « grande route inca »). Gigantesque colonne vertébrale de plus de 6.000 kilomètres de long, il réunit depuis 2001 six pays andins (la Colombie, l’Equateur, le Pérou, la Bolivie, le centre du Chili et le nord de l’Argentine) autour d’un projet exceptionnel de valorisation.
L’UNESCO se prépare par ailleurs, à faire entrer le Qhapaq ñan dans la liste du patrimoine mondial de l’humanité.

Le tracé principal joignait les villes de Pasto en Colombie et Santiago du Chili.
Le Qhapaq Ñan fut erigé en système viaire centralisé lors de l’essor de l’empire inca, au XVème siècle.
Il irriguait l’Empire jusque dans ses confins. Militaires, marchands et artisans le parcouraient en tout sens.

Les messagers de l’Empire inca, les chasquis, symbolisent à merveille le mythe du Qhapaq Ñan. Ces hommes se relayaient en courant et permettaient ainsi à un message de franchir de longues distances au cœur des Andes en seulement quelques jours.

Ces messagers n’étaient ni des soldats ni des professionnels, mais des personnes désignées par leur communauté pour assumer cette tâche au service de l’Inca, dans la portion de leur territoire traversée par le Qhapaq Ñan.

De ce tissu géographique exceptionnel restent de nombreux vestiges archéologiques. Le chemin traverse en effet tous les grands sites cérémoniels précolombiens (Chavin, Tiwanaku, Machu Pichu, vallée sacrée de l’Urubamba), les grandes capitales de l’Empire (Tomebamba et Cuzco), de nombreux vestiges d’édifices militaires, mais aussi une infinie variété de communautés rurales, d’anciens centres urbains et de nombreuses villes coloniales historiques: Cuenca, Cajamarca, Tarma, Ayacucho, Cuzco.

Imaginez des sections pavées de plus de 20 mètres de large, des volées d’escaliers en pierre grimpant jusqu’à plus de 4500 mètres d’altitude, des plates-formes de plusieurs kilomètres de long, des ponts suspendus accrochés aux flancs des canyons…
Je vous invite à imaginer également l’Inca, assis dans un palanquin plaqué d’or et d’argent, décoré de plumes et porté par une cours de plus de 80 hommes. La route devant lui balayée et décorée de pétales de fleurs.
Il permettait à l’Inca de contrôler son Empire et de déplacer ses troupes depuis la capitale, Cusco. Le long de cette route parfois pavée, un système ingénieusement organisé de Chasqui Wasi (poste de relais), Pukaras (forts), Tambos (auberges)…
Un réseau secondaire de routes transversales, comparable au réseau de routes romaines et long de plus de 40 000 km, reliait alors le Qhapaq Ñan à la côte pacifique et au bassin amazonien.